Fandom

Freeciv

Install

80pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Installation de Freeciv

Ce document décrit comment compiler et installer Freeciv.


Pré-requisModifier

Freeciv a un certain nombre de pré-requis. Cependant, à part le premier pré-requis, le processus de configuration est suffisamment intelligent pour savoir si votre système convient. Dans le doute, essayez.

  • Unix (ou similaire)
Le système d'exploitation Unix, un équivalent comme Linux ou FreeBSD ou un système qui propose un mode s'approchant d'Unix, comme EMX sous OS/2 ou la boîte à outils Cygnus Cygwin sous Windows (voir http://sourceware.cygnus.com/cygwin/). Le support des sockets TCP/IP de style BSD est primordial, ainsi qu'un shell compatible Bourne comme GNU "bash" (la plupart des Unices remplissent le contrat...).
  • Un compilateur C ANSI
Freeciv est écrit en C (presque) ANSI et très portable. Les architectures 32 et 64 bits sont supportées. Vous ne pouvez pas utiliser un compilateur C "K&R" ou un compilateur C++.
Le développement de Freeciv se fait avant tout avec "gcc", l'excellent compilateur C du projet GNU. Les distributions peuvent être compilées avec gcc ou la plupart des autres compilateurs (comme le compilateur C de Solaris). Les versions de développement et les snapshots CVS ne fonctionneront pas sans gcc, à moins que vous utilisiez l'option "--disable-cvs-deps" de configure. Consultez la section ci-dessous pour plus de renseignements.
  • Un programme "make"
Les développeurs de Freeciv utilisent en général "gmake", le programme make de GNU.
Les versions stables de Freeciv sont conçues pour avoir des makefiles qui fonctionnent avec la plupart des programmes make. Les versions de développement et les snapshots CVS comportent des choses (comme les dépendances) qui utilisent les fonctionnalités avancées de gmake. Gmake est donc nécessaire dans ce cas, à moins que vous n'utilisiez l'option "--disable-cvs-deps" de configure. Consultez la section ci-dessous pour plus de renseignements.
Vous pouvez vérifier que vous avez GNU make sur votre système en tapant :
   % make -v                   [si ça ne marche pas, essayez "gmake -v"]
"GNU Make" devrait alors s'afficher quelque part.


Pré-requis pour les clientsModifier

Le client Freeciv existe sous deux formes différentes : une qui utilise la bibliothèque Athena ("Xaw") et une autre qui utilise la bibliothèque Gtk+. Les deux ont des pré-requis différents, expliqués séparément ci-dessous. Votre système aura besoin de satisfaire au moins un des deux ensembles de pré-requis.

Notez que certains systèmes ont des paquetages séparés pour les mêmes bibliothèques : un pour la bibliothèque elle-même et un de "développement" (c'est à dire pour la compilation de programmes qui utilisent ces bibliothèques). Pour compiler Freeciv sur de tels systèmes, vous aurez besoin des paquetages appropriés de "développement" (attention, utilisateurs de Red Hat : on parle de vous :-) ).


Pré-requis pour le client XawModifier

  • X11
Le client Xaw est un programme X11, ce qui fait que vous devrez avoir un moyen de lancer des programmes X11 (la plupart des Unices en sont capable).
Si la configuration de Freeciv ne peut pas trouver X11 sur votre système, vous aurez peut-être besoin des options --x-includes=RÉP et --x-libraries=RÉP.
  • La bibliothèque "Athena"
Cette bibliothèque (aussi connue sous le nom de "Xaw") est en général fournie en standard avec le reste de X11, mais certaines plateformes (HP-UX 10, par exemple) n'en proposent qu'une version limitée.
Pour compiler le client en utilisant la bibliothèque "Xaw", utilisez l'option "--enable-client=xaw" du script configure. Consultez la section ci-dessous pour plus de renseignements à propos du script configure.
La plupart des Unices modernes (comme Linux) proposent une variante appelée "Xaw3d" qui a une apparence "3D" plus moderne. Si vous voulez compiler avec Xaw3d, utilisez l'option "--with-xaw-3d" de configure.
Il y a aussi d'autres variantes de Xaw, comme Nextaw. Freeciv ne fonctionne pas avec celles-ci, bien qu'il soit sans doute possible de le modifier de la même façon que pour Xaw3D. Un autre outil, "xaw_wrappers", peut être utile, mais son utilisation dépasse le cadre de ce document.
  • La bibliothèque "Xpm"
Cette bibliothèque est essentielle pour la gestion des icones et des bitmaps. Elle est largement utilisée et fournie sur la plupart des machines Unix modernes, bien qu'elle puisse être absente sur des Unices traditionnels ou plus vieux (par exemple Solaris).
Lorsque vous lancez le script configure de Freeciv, il peut être nécessaire que vous utilisiez l'option "--with-xpm-prefix=RÉP" (RÉP désignant le nom du répertoire contenant les sous-répertoires "include" et "lib" où on peut trouver Xpm).
Si le processus de configuration de Freeciv vous indique que vous n'avez pas la bibliothèque Xpm, vous pouvez l'obtenir ici :
    ftp://koala.inria.fr/pub/xpm/xpm-3.4k.tar.gz
    ftp://ftp.x.org/contrib/libraries/xpm-3.4k.tar.gz
Installez la comme vous feriez pour n'importe quel autre paquetage. Si vous ne pouvez pas l'installer dans un répertoire système standard, utilisez l'option --with-xpm-prefix comme décrit plus haut.
Si vous avez des problèmes pour installer libXpm sous Solaris, ou que vous ne voulez pas l'installer en tant que root, consultez la section "Notes de Reiner pour l'installation de libXpm sous Solaris" vers la fin de ce document.


Pré-requis pour le client Gtk+Modifier

  • La bibliothèque "Glib"
La bibliothèque Glib fournit des fonctions non graphiques utilisées par les bibliothèques "Gdk" et "Gtk+", comme les tables de hachage, les listes simplement chaînées, etc.
Freeciv nécessite une version de "Glib" supérieure ou égale à 1.2.1.
Si le processus de configuration de Freeciv vous indique que vous n'avez pas la bibliothèque Glib, vous pouvez l'obtenir ici :
    ftp://ftp.gtk.org/pub/gtk/v1.2/glib-1.2.6.tar.gz
  • La bibliothèque "Gtk+"
La bibliothèque "Gtk+" a été écrite pour le logiciel de graphisme GIMP. Depuis, elle a gagné en popularité comme boîte à outils libre et facile à programmer. La bibliothèque "Gtk+" est accompagnée de la bibliothèque "Gdk" qui fournit une couche d'abstraction au-dessus de X11 et implémente des fonctions pour le dessin de base, les fenêtres, etc.
Freeciv nécessite une version de "Gtk+" supérieure ou égale à 1.2.1.
Si le processus de configuration de Freeciv vous indique que vous n'avez pas la bibliothèque Gtk+, vous pouvez l'obtenir ici :
    ftp://ftp.gtk.org/pub/gtk/v1.2/gtk+-1.2.6.tar.gz
  • La bibliothèque "Imlib"
Cette bibliothèque est essentielle pour la gestion des bitmaps. Elle est également utilisée par le projet GNOME.
Freeciv nécessite une version de "Imlib" supérieure ou égale à 1.9.2.
Si le processus de configuration de Freeciv vous indique que vous n'avez pas la bibliothèque Imlib, vous pouvez l'obtenir ici :
    ftp://ftp.gnome.org/pub/GNOME/stable/sources/imlib/imlib-1.9.7.tar.gz
(la documentation d'Imlib indique que vous avez besoin d'autres bibliothèques pour profiter de certaines fonctionnalités, mais aucune de celles-ci n'est nécessaire au client Freeciv)

Si vous devez faire tout ceci vous-même, faites les compilations et les installlations dans l'ordre suivant : Glib, Gtk+, Imlib.


Générer le MakefileModifier

Avant de compiler Freeciv, vous devez générer un Makefile. Ce makefile est conçu pour correspondre aux fonctionnalités disponibles sur votre machine.

La configuration est faite en utilisant le script "configure" de GNU.

Pour utiliser "configure", rendez vous dans le répertoire racine de la distribution de Freeciv et tapez :

% ./configure

Ce script tentera ensuite de déterminer les fonctionnalités présentes (et absentes) sur votre système. Il devrait imprimer une page ou deux de diagnostics sur votre machine puis s'arrêter.

Si vous désirez de l'aide sur les diverses options acceptées par le script configure, utilisez l'option --help comme ceci :

% ./configure --help

Si vous compilez une version de développement ou un snapshot CVS et que vous n'avez ni GNU Make ni gcc, utilisez l'option "--disable-cvs-deps" de configure. Vous en aurez particulièrement besoin si vous utilisez les programmes cc et make de Solaris.

Notez que, dans ce cas, la vérification des dépendances est désactivée. Si vous modifiez un fichier .h de Freeciv par la suite pour une raison quelconque, vous devrez faire un "make clean" avant de faire "make" pour vous assurer que tout se compile correctement.

"--disable-cvs-deps" n'a pas d'effet avec une version stable.

Par défaut, le script configure choisira le client Gtk+ s'il trouve les bibliothèques requises. Sinon, c'est le client Xaw qui sera compilé. Vous pouvez "forcer" le choix du client du client Xaw en utilisant l'option "--enable-client=xaw". D'autres clients sont également disponibles (cf. option "--help") et peuvent être compilés en même temps en les séparant par des virgules (par exemple : "--enable-client=gtk2,gtk3"). Ceci peut être utile pour optimiser vos performances graphiques (il est par exemple connu que, actuellement, les performances du client GTK3 sont très faibles sous Linux avec le driver propriétaire Intel - alors que le le client GTK2 fonctionne parfaitement avec ce même pilote. Inversement, le pilote propriétaire nVidia est très efficace sous GTK3, etc.) Vous êtes donc encouragés à essayer différents client pour trouver celui qui convient le mieux à votre configuration matérielle et logicielle.

Si vous voulez modifier les options du compilateur, positionnez la variable d'environnement CFLAGS avec de lancer "configure". Par exemple :

% CFLAGS="-O -g -pipe" ./configure   [avec le Bourne shell ou bash]

ou

% setenv CFLAGS "-O -g -pipe"
% ./configure                        [avec le C shell or tcsh]

Si vous voulez pouvoir utiliser un "core dump", nous vous suggérons d'utiliser l'option "-g" dans CFLAGS.

Lorsque vous installerez Freeciv (plus tard), les composants du jeu seront copiés par défaut dans les sous-répertoires de /usr/local. Si vous voulez utilisez un autre préfixe d'installation que /usr/local, vous devez le préciser de la façon suivante :

% ./configure --prefix=/opt/freeciv

Si, pour une raison quelconque, l'utilisation de "configure" vous pose problème, suivez ces étapes :

  • Lisez la section des pré-requis attentivement pour déterminer si votre système possède tout ce dont vous avez besoin.
  • Si vous voulez compiler la version Gtk+ du client : assurez-vous que vous avez les bibliothèques Gtk+, Gdk, Glib et Imlib sur votre système. Vérifiez ensuite que le script configure peut les trouver, soit en les installant aux endroits standards sur votre système, soit en utilisant les options en ligne de commande adéquates de configure (voir ./configure --help).
  • Si vous voulez compiler la version Xaw du client : assurez-vous que vous avez les bibliothèques Xpm et Xaw sur votre système. Vérifiez ensuite que le script configure peut les trouver, soit en les installant aux endroits standards sur votre système, soit en utilisant les options en ligne de commande adéquates de configure (voir ./configure --help).
  • Si le problème provient de "gettext", veuillez lire la section "Localisation" plus bas, afin de connaître les alternatives possibles.
  • Dites le nous, pour que nous puissions corriger le problème dans la prochaine version !
Envoyez un e-mail à la liste de diffusion freeciv-dev, en expliquant ce que vous avez fait et quel résultat vous avez obtenu. Il peut être utile d'inclure ce que le script configure a affiché, ainsi que le contenu des fichiers "config.status", "config.cache" et "config.log", qui sont générés par le script configure.
Vous pouvez en savoir plus à propos de la liste de diffusion freeciv-dev sur notre site web, à l'adresse http://www.freeciv.org/

Notez que, depuis Freeciv 1.7.2, nous avons cessé d'utiliser Imake et que, depuis Freeciv 1.8.1, nous n'incluons plus le Makefile.noimake "de secours".

Compiler FreecivModifier

Si tout s'est bien déroulé jusqu'à présent, alors la compilation de Freeciv devrait être aussi facile que de taper "make" (ou, de préférence, "gmake").

Si vous avez des problèmes, lisez le fichier BUGS et suivez les conseils scrupuleusement. Si le problème vient de "gettext", veuillez lire la section "Localisation" ci-dessous afin de connaître les alternatives.

Après la compilation, les choses suivantes sont importantes :

  • les binaires "client/civclient" et "server/civserver" ;
  • le répertoire "data/", qui contient les graphismes et les scénarios ;
  • le répertoire "po/", qui contient les fichiers de localisation ;
  • les scripts "civ" et "ser".

Il est parfaitement possible de jouer à Freeciv depuis ce répertoire, sans l'installer. Si vous faites ceci, les scripts "civ" et "ser" seront utiles, bien qu'ils ne soient pas aussi nécessaires qu'ils aient pu l'être.

Consultez le fichier README.fr pour plus de renseignements.

[ Cependant, vous ne pouvez pas utilisez la localisation en jouant à Freeciv depuis le répertoire des sources ; vous devez installer Freeciv pour cela. ]


InstallationModifier

Pour installer Freeciv, il faut que les composants mentionnés dans la section "Compiler Freeciv" soient installés. Ils doivent être copiés dans un répertoire tel que /usr/local (par défaut), /usr/games/, /usr/games/freeciv, /usr/local/freeciv ou n'importe quel répertoire de votre choix.

Taper "make install" devrait tout installer correctement sur votre machine. Vous pouvez utiliser l'option --prefix=RÉP de configure (voir la section "Générer le Makefile") pour vous assurer que les fichiers sont là où vous les voulez.

Lorsque le client et le server Freeciv sont lancés, ils ont besoin de trouver certains fichiers dans le répertoire "data". Par défaut, Freeciv cherche, dans l'ordre, dans les répertoires suivants pour trouver les fichiers de données : le répertoire courant, le sous-répertoire "data" du répertoire courant, le sous-répertoire ".freeciv" du répertoire personnel de l'utilisateur et l'endroit où sont placés les fichiers en lançant "make install". Vous pouvez forcer le chemin de recherche à l'aide de la variable d'environnement FREECIV_PATH, qui doit être positionnée sur un simple répertoire ou une liste de répertoires séparés par des ":".

Par exemple :

 % setenv FREECIV_PATH "/usr/games/freeciv/data:./data"
 (pour les utilisateurs de csh, tcsh, etc.)
 % FREECIV_PATH="/usr/games/freeciv/data:./data"; export FREECIV_PATH
 (pour les utilisateurs de sh, bash, ksh, zsh, etc.)

Notez que vous devez généralement installer Freeciv si vous voulez utiliser la localisation. Consultez le fichier README.fr pour plus de renseignements.

Enfin, si vous avez choisi d'utiliser le client Xaw et que vous avez la permission de vous connecter en tant qu'utilisateur 'root', vous pouvez copier le fichier de ressource data/Freeciv dans le répertoire app-defaults (qui se trouve en général dans /usr/lib/X11).


Notes de Reiner sur l'installation sous SolarisModifier

Solaris (2.5 et suivants) a sa propre version de X dans /usr/openwin, sa propre version de make dans /usr/ccs/bin/make et son propre compilateur (qui doit être acheté séparément) qui, si vous l'avez, est dans /opt/SUNWspro/bin. Solaris ne fournit pas la bibliothèque XPM, qui est requise pour le client Xaw ; il ne fournit rien de ce qui est requis pour imlib, gdk et gtk (nécessaires pour le client GTK+). Cependant, avec un peu de patience, tout peut être compilé sans problème.

Pour plus de renseignements sur l'installation de XPM sous Solaris, consultez la section suivante.

Un certain nombre d'installations de Solaris ont déjà MIT X (en général dans /usr/X11), GNU make, le compilateur gcc et la bibliothèque XPM installée quelque part. La commande standard "./configure && make" peut ne pas trouver la bibliothèque XPM et a des chances de se tromper entre les différentes versions.

Assurez-vous que vos variables d'environnement, en particulier $PATH et $LD_LIBRARY_PATH et les options de ./configure ne pointent pas sur un ensemble inconsistant de logiciels et la compilation se passera bien.

Une recette simple pour compiler avec Sun X, Sun make et Sun cc, considérant que les bibliothèques xpm sont elle-mêmes à un endroit non standard (/chemin/vers/xpm) :

 % setenv PATH /opt/SUNWspro/bin:/usr/ccs/bin:/bin
 % unsetenv LD_LIBRARY_PATH
 % ./configure --with-xpm-prefix=/chemin/vers/xpm
               --disable-cvs-deps --with-included-gettext
 % make

"--disable-cvs-deps" empêche ./configure de générer des Makefiles spécifiques à GNU make. Les symptômes sont :

 make: Fatal error in reader:
       Makefile, line 214: = missing from replacement macro reference
 make: Fatal error: Command failed for target `all-recursive'

Alternativement, vous pouvez régler votre $PATH pour que ./configure n'utilise que des outils GNU. Freeciv compile avec MIT X et avec certaines combinaisons d'outils GNU et Sun. La recette exacte dépendent de votre installation locale.


Notes de Reiner sur l'installation de libXpm sous SolarisModifier

Lorsque j'étais root sur mon système Solaris, je ne voulais *quand même* pas installer des logiciels supplémentaires en tant que root. C'est mal.

Malheureusement, la procédure d'installation de libXpm part du principe que l'installation se fait dans /usr/openwin, qui appartient à root. Mais ce n'est pas très dur à contourner.

Remarques :

  • Assurez-vous que /usr/ucb/install est dans votre $PATH avant /usr/bin/install, sinon 'make install' ne marchera, et renverra des messages d'erreur étranges ;
  • L'endroit dans lequel vous voulez installer peut être spécifié avec $DESTDIR. Cependant, l'installation se fera dans $DESTDIR/$OPENWINDIR, donc le sous-répertoire $OPENWINDIR supplémentaire devra être pris en compte (modifier la valeur de $OPENWINHOME ne fonctionne pas).

La procédure :

  • Récupérez les sources, de-tarez les, rendez vous dans le répertoire des sources, et faites :
    % setenv MYXPMDEST /usr/local   # ou l'endroit où vous voulez installer
    % xmkmf; make Makefiles includes depend; make
    % setenv PATH /usr/local/bin:/usr/ucb:$PATH
    % make DESTDIR=$MYXPMDEST install
    % make DESTDIR=$MYXPMDEST install.man
    % cd $MYXPMDEST; mv ./$OPENWINHOME/* .; rm -rf ./$OPENWINHOME
  ( Si vous utilisez sh, bash, ksh, zsh, etc, remplacez les "setenv"
    ci-dessus par :
    % MYXPMDEST=/usr/local; export MYXPMDEST
    % PATH=/usr/local/bin:/usr/ucb:$PATH
  )
- Vous pouvez maintenant configurer Freeciv ainsi :
    % ./configure --with-xpm-prefix=$MYXPMDEST
qui ajoutera les options -I/-L/-R qui conviennent aux commandes de compilations et d'édition de liens.


LocalisationModifier

Freeciv utilise le système "gettext" pour la localisation.

Si vous rencontrez des problèmes avec gettext en configurant ou compilant Freeciv, il y a un certain nombre de choses que vous pouvez tenter :

1. Si vous n'avez pas besoin de la localisation, désactivez la en

  utilisant l'option "--disable-nls" de ./configure :
     % ./configure --disable-nls
     % make

2. Si vous voulez la localisation, essayez la version de gettext incluse

  dans Freeciv en utilisant l'option "--with-included-gettext" de
  ./configure :
     % ./configure --with-included-gettext
     % make

3. Enfin, vous pouvez essayer d'installer la dernière version de GNU

     gettext. Elle peut être obtenue ici :
     ftp://prep.ai.mit.edu/gnu/gettext/gettext-0.10.35.tar.gz

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard